09 81 11 12 11 / info@secoprotec.com

La formation en protection rapprochée

| 2 commentaires

LA FORMATION EN PROTECTION RAPPROCHEE

La question sur la qualité de la formation des Agents de Protection Rapprochée pour les services étatisés ne se pose pas. Que ce soit le Service de Protection de la Police ou le GIGN. Ces deux services assurant la protection du Président de la République. La Police assurant la protection des ministres et de certains serviteurs de l’état, le GIGN, celle de diplomates dans les zones hostiles, entre autres. Mais qu’en est il de la formation des agents privés de protection de personne. Sur quels critères doit on se baser pour choisir sa formation ?

Toutes les personnes intéressées par la sécurité privée en France et plus particulièrement la formation, connaissent le CQP (Certificat de Qualification Professionnelle). Seul le domaine de la protection rapprochée ne détient pas son CQP. C’est une branche professionnelle qui doit concevoir et faire enregistrer un CQP, pour les titres professionnels, il s’agit d’organismes de formation.

Il n’y a pas de grandes différences dans le contenu du programme d’un CQP et d’un titre professionnel. Ces deux types de formations en sécurité sont validées par le Ministère de l’Intérieur.

Plusieurs organismes de formation, ont donc créé leur formation en la faisant enregistrer comme Titre Professionnel à la Commission Nationale de la Certification Professionnelle.

C’est le premier critère à prendre en compte. Le centre de formation doit détenir un titre professionnel. Il est facile de le vérifier sur le site du Répertoire national des certifications professionnelles.

Il y a cinq ans, il y avait quatre titres enregistrés. Il y en a aujourd’hui plus de dix. C’est à dire le double des titres professionnels des agents de prévention et de sécurité, qui représentent, eux, près de 90 % des acteurs de la sécurité privée.

APR 1, APR 2, APR 3…. Des formations business !!! Il n’existe qu’un titre par organisme de formation et par formation. Si vous détenez le titre professionnel et donc la carte professionnelle avec l’APR 1. A quoi bon passer le 2 et le 3 ?

La durée de l’APR 1, est il suffisant ? A t’on acquis suffisamment de connaissances pour pouvoir travailler par la suite ? A t’on abordé les techniques indispensables à l’exercice du métier ?

A titre d’exemple, une unité étatisée bien connue forment ses opérateurs en protection rapprochée sur deux semaines. Seules les techniques professionnelles en protection rapprochée sont abordées. A celà, il faut ajouter, une semaine de conduite d’autorité, une semaine de sport de combat/défense, une semaine d’anglais, une semaine de législation/réglementation.

En se basant sur ces critères, on peut estimer que les formations qui tournent autour de six ou sept semaines, correspondent à un format suffisant.

Actuellement, les formations proposées vont de 4 à 14 semaines….

Les formations en PR doivent correspondre à un référentiel enregistré au RNCP, et qui sont passées par le filtre du Ministère de l’Intérieur.

Qu’en est il donc, des centres de formation qui proposent du tir ? Comment arrivent ils à l’intégrer dans le volume horaire imparti ? Juste un petit rappel pour les non initiés. Le Code de la Sécurité Intérieur précise que les agents de protection rapprochée ne sont pas armés. Quelle est donc l’utilité de cette formation au tir, qui doit se résumer à quelques dizaines de cartouches….? Vite oubliées…

Qu’en est il, des centres de formation qui ne rendent pas obligatoire la détention d’un permis de conduire pour débuter le stage ?

Sans permis, il est illusoire de trouver du travail dans la protection rapprochée.

Dans le cadre des missions de protection rapprochée, on peut se retrouver à la place du conducteur ou de l’APR. Une solide formation en conduite est indispensable. Il existe bien sûr le VTC, mais cette formation dépend du ministère du tourisme. Aucune notion de sécurité des passagers n’y est enseignée.

Actuellement, aucune formation reconnue en conduite n’est spécialisée dans le domaine de la sécurité.

Qu’en est il du respect du référentiel du titre pro ?

Qu’en est il des mises en situation pendant la formation si personne n’a le permis ?

Qui conduit en cas de défaillance du chauffeur ?

Autre module obligatoire : les premiers secours.

Toutes les formations aux métiers de la sécurité doivent comporter du secourisme. Aucune précision n’est donnée par le Code du Travail ni par le Code de la Sécurité Intérieure. On peut se diriger vers le SST (Sauveteur Secouriste du Travail) ou le PSC 1 (Prévention et secours civiques de niveau 1). Ces formations sont suffisantes en France. Elles permettent d’attendre les secours, sans que l’état de la victime ne s’aggrave.

Il est donc inutile de prendre une semaine à être formé au PSE 1 (Premiers secours en équipe de niveau 1). Comme son nom l’indique, il s’agit de secours en équipe. Le pourcentage d’agents de protection rapprochée formés en PSE 1 en France est très faible….

Si vous voulez approfondir vos connaissances en secourisme sur l’accouchement inopiné, l’accident de plongée ou la pendaison (dans le progranne du PSE 1), il est souhaitable que vous vous adressiez à une association loi 1901 (Croix Rouge, FFSS, Croix Blanche…) seule habilitée en France à proposer ces formations. Le coût de la semaine de formation au PSE 1 sera divisée par 4 par rapport à celle de votre organisme de formation….

Les mises en situation sont indispensables dans cette formation. Les missions de protection rapprochée se déroulent dans la vraie vie !!! Dans des restaurants, sur de vraies routes, dans des musées, des hôtels, avec de vrais « gens »….

Penser former quelqu’un à ce métier dans un hangar, avec des cloisons en contre-plaqué est illusoire. L’imagination des hommes est sûrement sans limite, mais là, il vous faudra vous imaginer être dans un restaurant (deux tables dans le restaurant…), avec un vrai serveur (en fait Patrick, votre pote de stage), d’autres clients (Pierre, Julien, Philippe, vos potes de stage…) et un agresseur éventuel que vous ne connaissez bien sûr pas (en fait Gérard qui partage votre chambre).

Bien sûr, aller dans des restaurants, des hôtels, des musées a un coût. Pour être formé dans ce domaine particulier de la protection rapprochée, il ne peut en être autrement. Il faut aller sur le « terrain ». Comment aller sur le terrain, quand vous avez 20, 25 stagiaires ? Chaque stagiaire pourra t’il occuper plusieurs fois tous les postes?

Le prix a payer…

Bien sûr, nous sommes tous attirés par le moins cher. Parfois le pas cher coûte cher! Le coût d’une formation est parfois un gage de qualité. Il faut payer les formateurs, les véhicules, le coût des mises en situation, les moyens pédagogiques….

Les formations peu chères impliquent une dépense de moyens pédagogiques faibles et donc une qualité de formation faible.

L’hébergement et la restauration doivent également être pris en compte dans le coût de la formation. Si ils ne sont pas pris en charge, cela peut doubler le coût. Bien sûr, ce n’est pas forcément un critère pour le choix d’un centre, mais qu’en penseriez vous après 6 semaines de hamburger, ou 6 semaines à aller faire vos courses en dehors des cours et à vous faire la cuisine ?

Autre critère fondamental, la crédibilité de l’organisme de formation et la crédibilité de ses formateurs. Dire que l’expérience est indispensable pour assurer ces formations est un euphémisme ! Malheureusement on voit un peu de tout dans la protection rapprochée.

Quand on décide un jour de faire de la formation dans un domaine donné, c’est que l’on a une expérience avérée, des compétences, des connaissances et que l’on a envie de les transmettre.

Que peut on penser de ces formateurs sans carte professionnelle ?

Que peut on penser de ces formateurs qui on fait trois aller/retour du Palais des Festivals à l’hôtel Martinez pour seule expérience. Que peut on penser de ces formateurs, anciens militaires (hormis Bayonne et Perpignan), qui se découvrent une expérience et des compétences dans la PR ?

L’exercice de la protection rapprochée est faite de détails, d’attitude de comportement, d’observation, de réactions….. Comment peut on expliquer tout ça, si l’on n’a pas pratiqué ce métier pendant des années, si l’on ne peut pas parler des erreurs à éviter, celles que l’on a déjà commises…..

Bien sûr, il est difficile de demander avant d’intégrer une formation, le CV des formateurs, qui sont, le plus souvent, invérifiables….

Comment choisir ses formateurs et donc son centre de formation ?

Le fait d’être vu sur des plateaux télé, n’est pas non plus un critère de qualité. Il suffit juste de connaître un journaliste…. Et quand la protection rapprochée est abordée dans une émission, dring, dring….!!! Vous avez protégé des chefs d’état, vous avez…. L’intéressé ne dit rien. Le journaliste donne de la crédibilité à son invité, et l’invité reste silencieux, pour ne pas dire que c’est faux…..

Dans les services étatisés, peu de gens peuvent se targuer d’avoir de l’expérience dans ce domaine (SDP anciennement SPHP de la Police, GIGN/EPIGN/GSPR, gendarmes TEASS, certains services de la DGSE, 1er RPIMA…) Dans le privé, c’est également le cas, mais il est beaucoup plus difficile de prouver son expérience. La carte professionnelle n’est obligatoire que depuis 2009, et justifier de bulletins de salaire avec comme emploi exercé « protection rapprochée » s’avère compliqué.

Il y a t’il un centre de formation mieux que les autres ? Sûrement. Il faudrait qu’un organisme indépendant et crédible fasse un classement en fonction des critères cités plus haut. Pour l’instant les seuls classements Français ou mondiaux qui ont été faits, sont peu crédibles, les modalités de classement étant très opaques.

La carte professionnelle est obligatoire. Etre bien formé est primordial.

Au bout de votre première journée de protection rapprochée, vous serez évalués, jugé, et l’on saura si vous avez été bien formé…… on vous dira si vous pouvez travailler une deuxième journée….

 

 

Laisser un commentaire

  1. jost

    Bonjour,

    Je souhaite avoir des détails sur la formation APR uniquement. Délais, tarifs, dates, financement, conditions …

    Je suis un ancien militaire du 2eme RIMA 1 er RCP et 27eme BCA également 4 ans dans la sécurité privée.

    Cordialement,
    Christopher Jost

  2. Bonjour,
    Merci de l’intérêt que vous prétez à notre société. Je vous invite à nous appeler au 09 81 11 12 11.
    Cordialement.
    Joël CROZES

En savoir plus

Vous souhaitez en savoir plus sur nos formations, les tarifs, les dates et les disponibilités…
CONTACT